Soeur Jean-Joseph Desille

 

Baptisée : Sainte, Eulalie, vous n’aimiez pas trop que l’on vous donne ce nom, cela vous engageait trop disiez-vous … mais c’était le prénom de votre maman… La famille comptera beaucoup pour vous et cela jusqu’au bout.

 

          Vous entrez au Postulat des Sœurs de la Providence le 10 août 1938 et le 2 février 1940 vous faites profession, laquelle deviendra perpétuelle le 8 septembre 1943.

 

          Femme de devoir et de service, vous le serez toute votre vie. Que ce soit au Grand Fougeray dès votre sortie de Noviciat, à Argentré du Plessis, jusqu’en 1948, vous vous donnez pleinement au service de la restauration à la Maison de retraite. Ce n’est pas fini. Le soin aux malades deviendra votre horizon.

A Fleury les Aubrais, Sainte- Jamme, vous développerez cette approche et cette présence aux plus démunis.

 

       En 1959, vous arrivez au Mans, à la Clinique du Pré, en service de chirurgie. Vous y resterez jusqu’en 1983.  Un vrai bail, où votre personnalité donnera le meilleur d’elle-même. Il fallait marcher droit avec Sœur Jean disait les équipes ; c’est vrai votre exigence, votre souci du travail bien fait, votre ténacité aussi vous caractérisait. Peu soucieuse de vous-même, vous attendiez des autres la même abnégation dans le service, vous « ronchonniez parfois après ces messieurs les chirurgiens ou anesthésistes qui demandaient des choses sans les avoir jamais pratiquées eux-mêmes »

 

          La retraite professionnelle sonnera et ce sera le retour en Ille et Vilaine. A la communauté d’Argentré, vous retrouverez la visite, l’animation à la Maison de retraite. Vous aimiez cette mission, et les résidents attendaient votre passage.

 

          Et puis il y avait le jardin, vous y aviez votre petit lopin de terre, où les fleurs que vous aimiez étaient choyées dans le but d’apporter de la joie à ceux et celles qui bénéficiaient de vos compositions florales, car vous saviez mettre en valeur les produits de la nature. Vous aimiez la nature, la création du Bon Dieu. Vous aimiez les offices chantés, les psaumes qui louaient justement cette création.

 

         Mais l’âge avançait, les misères qui vont avec aussi. Après plusieurs accrocs de santé vous arriviez à la Maison Dujarié le 22 octobre 2018 ;  la marche devenait douloureuse, mais il fallait marcher, des deuils familiaux vous atteignaient profondément mais il fallait assumer. Cela faisait partie de votre caractère !

 

           Les derniers mois ont été pénibles, car la marche était devenue impossible avec ce grand plâtre qui entravait votre liberté de mouvement. Votre moral a été atteint, le stress de rester plus dépendante vous a affectée. Le plâtre a été enlevé mais l’organisme n’a pas suivi et le 9 janvier vous partiez vers ce Royaume attendu, six semaines avant de célébrer vos 1OO ans.

 

           Pour toute cette vie donnée au service des autres, pour la force de caractère qui vous caractérisait, nous vous disons MERCI Sœur Jean Joseph et reposez en paix auprès de votre Dieu.

 

 

                                                                              Sœur Henri Dominique

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Providence de Ruillé sur Loir