Famille spirituelle Providence (France)

Ruillé sur Loir les 22-23 janvier 2016 Recollection de la famille spirituelle Providence ( France) animée par Claude Cosnard, diacre à La Flèche engagé dans le mouvement ARD Quart-Monde.

Vous ne trouverez pas ici un compte-rendu de ce temps fort, très riche, mais seulement quelques phrases percutantes qui ont marqué les participants (es) et qu’ils ont bien voulu partager avec tous.

La joie de l’Evangile est pour tous

Vois-tu ton frère marcher vers la terre promise...?

“ J’étais un étranger vous m’avez accueilli”
Sommes-nous une terre promise pour le frère en marche vers l'inconnu? qu'il soit d'ici ou d'ailleurs.

Introduction

Dans la généalogie de Jésus quelques femmes ,dont Rahab la prostituée et Ruth, veuve et étrangère.

Par la foi, « Par la foi, les murs de Jéricho tombèrent, après qu'on en eut fait le tour sept jours durant. Par la foi, Rabab la prostituée, ne périt pas avec ceux qui n'avaient pas cru, parce qu'elle avait reçu les espions en paix » (Héb. 11 : 30-31).

  Le livre de Ruth, c’est l’aventure de deux femmes, Noémie et sa belle-fille Ruth, veuves, qui unissent leurs malheurs pour en faire jaillir le bonheur, en la personne de Booz et d’une descendance qui ira jusqu’à Jésus. –

Deux textes d’Evangile: le bon samaritain et la Cananéenne, pour nous « évangéliser », changer notre regard sur les pauvres et les étrangers  et nous laisser évangéliser par la parole des pauvres..

 La nouvelle Evangélisation appartient aux « pauvres ».  Ils nous disent concrètement l’Evangile. Les plus pauvres ne peuvent aller à l’Evangile que si un pauvre le leur présente. Le pauvre sait toujours où sont les plus pauvres.

Paroles  d’un groupe de partage avec les plus pauvres.

« La fraternité est comme un arbre : c’est la nature, c’est beau, c’est vivant, et quand il est en fleur, il est de toutes les couleurs. C’est un arbre qui donne de bons fruits.

La fraternité c’est notre nature car on est tous les enfants d’un même Père.

La fraternité est à construire. C’est un chemin à parcourir.

La fraternité est comme une nourriture pour nos vies : elle grandit par le partage de nos joies et de nos peines, et par l’attention que nous avons les uns pour les autres.

La fraternité n’a pas de frontières : on ne choisit pas.

Le but de la fraternité c’est d’être heureux tous ensemble.

Enracinés dans l’amour de notre Dieu , par la fraternité nous construisons une histoire commune tissée de nos histoires différentes »

 Etre frères : Entendre la souffrance.

Permettre à toute personne quel que soit son parcours de trouver sur son chemin une main secourable, un chemin de confiance.

Oser demander quelque chose à une personne en situation de pauvreté, c’est la faire exister, lui dire qu’elle est capable de donner, d’entrer en relation.

Oser demander, non pas comme prétexte mais comme une invitation à l’échange. C’est nous faire exister nous-mêmes, c’est accepter d’être bousculés dans nos propres limites, tendre la main….pour recevoir.. La pauvreté n’est pas souhaitée (ni souhaitable) et pourtant de sa réalité une vie sourd et demande à se libérer.

Rendre service c’est permettre à quelqu’un de pouvoir donner.

« Dieu nous a envoyé un pauvre, qui au terme de sa mission apparut comme une miette d’homme. Et ce corps, miette humaine multipliée est devenu rachat de tous les hommes… Les miettes de la table des pauvres, un trésor…..Jésus lui-même a dit qu’elles faisaient d’eux les bienheureux. » Père Joseph Wresinsky

Chercher Dieu c’est aller dans un endroit où l’on n’a pas envie d’aller..

« L’amour enveloppé de prière accomplit des miracles, ce sont des armes dans la difficulté. Dans cette spiritualité je trouve mon vrai chemin de vie, mon combat me serait impossible si je ne puisais ma force à la source de celui qui représente l’amour, la lumière : Jésus.

L’amour est le seul tissu qui essuie les larmes de ceux qui sont tristes. Soyons ce tissu.

Marcel Le Hir

En conclusion et en ouverture pour un chemin vers la terre promise.

Ce temps de récollection m’a fait comprendre plus explicitement combien les pauvres peuvent être nos maîtres.

Je suis appelé à faire le chemin du samaritain parce que je ne peux plus supporter de voir l’homme blessé.

«  l’amour est le seul tissu qui essuie les larmes de ceux qui sont tristes. »    Je mesure tout le chemin de conversion à faire pour devenir ce tissu.

Jésus est l’oxygène de la vie. Je me suis vraiment ressourcé par la rencontre de l’autre, par ce besoin de rencontrer Dieu dans l’autre.

Nous devons apprendre à guetter, à ramasser les miettes de la table des pauvres.  « Les miettes de la table des pauvres sont un trésor. »

Merci à tous . N’est-ce pas un appel pressant à « Devenir Providence »

 

May 2017

Sister Gillian and  300 young people in Lourdes.

Statue Mère

Théodore Guérin

14 mai 2017

May 14, 2017

14 mei 2017

 

Récollection

Famille Spirituelle

20-21 janvier 2017

 

FRANCAIS        NEDERLANDS       ENGLISH

 

FR

    

ENGL

    

NL    MALAGASY    SINHALA

 

  Jubilé

  Jubily  

Jubileum       2016

Voeux

Vows

Geloften

 

Madagascar et Sri Lanka

 

Départ en retraite de la Providence à Olivet.

Témoignages

FRANCAIS

 

Getuigenissen NEDERLANDS

Testemonies ENGLISH

 

Castellane

départ des Soeurs

Témoignages FR

Getuigenissen NL

Testemonies ENGL