t

Dimanche des Rameaux, le 5 avril 2020

 

Chères Soeurs, chers Amis

 

 

Cette année, nous vivons une Semaine Sainte bien particulière… confinement… et pour certaines et cetains d’entre nous un isolement complet bien éprouvant.  Plus aucun contact physique que celui des soignants et soignantes, que nous remercions de tout cœur pour leur disponibilité, leur dévouement et leur générosité. Se protéger et protéger les autres est la consigne partout.

 

Au cœur de cette situation, nous célèbrerons les jours de la Passion et de la Résurrection du Seigneur, dans un dépouillement total. Le Pape François a célébré le dimanche des Rameaux devant une place de St Pierre complètement déserte…   Dans son homélie il disait : Le drame que nous sommes en train de traverser en ce moment nous pousse à prendre au sérieux ce qui est sérieux, et à ne pas nous perdre dans des choses de peu de valeur, à redécouvrir… que la vie se mesure sur l’amour.  Alors, en ces jours saints, à la maison, tenons-nous devant le Crucifié – regardez, regardez le Crucifié !  - mesure de l’amour de Dieu pour nous.

 

Contemplons la solitude du Christ face à sa Passion :  son combat solitaire au jardin des Oliviers au cœur duquel il se tourne vers le Père en disant : pas ma volonté, mais la tienne… ses disciples qui lui tournent le dos… la trahison de Pierre… l’expérience du silence de Dieu : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné, suivi de la remise totale de lui-même entre les mains du Père : Père, entre tes mains, je remets mon esprit.  Pour le Christ, tout en étant humainement un combat où il affronte questionnements et découragement, cette solitude est aussi un espace de relation au Père, un espace où le don de lui-même et sa confiance en Dieu s’affermissent.  Entrons dans cet espace avec lui et emportons avec nous toutes les personnes qui vivent une solitude forcée à cause de cette crise sanitaire mondiale. Confions-les au Père.

 

En contemplant le Christ souffrant, nous pouvons être en communion avec tous ceux et celles qui souffrent dans le monde : les malades privés de la présence aimante de leurs proches, les familles qui ont perdu des êtres chers sans avoir eu la possibilité d’être auprès d’eux, de dire aurevoir.  Croyons en la force de notre prière et de notre pensée fraternelle, qui peut les rejoindre et les soutenir !

 

A travers, avec et malgré tout cela, le Christ, qui a promis d’être avec nous tous les jours, veut raviver, par la célébration de son Mystère Pascal, sa Présence au cœur de nos vies.  Dans ce que nous traversons, nous nous sentons parfois, comme les disciples d’Emmaüs, envahis de découragement, le cœur plein de questionnements… et à d’autres moments, nous expérimentons qu’une Parole de l’Ecriture peut, tout à coup, nous faire retrouver une paix et une sérénité, un nouvel élan.  Oui, le Christ nous rejoint dans l’épreuve que nous avons à affronter aujourd’hui.  Il veut réveiller notre foi pascale afin que nous puissions le reconnaître, présent au cœur de chaque événement, et puiser en sa Présence et sa Parole la force, la lumière et l’espérance dont nous avons besoin.

 

Que nous soyons en chemin, en confinement, en isolement, la rencontre avec le Christ Ressuscité est toujours possible. Il nous rejoint là où nous sommes et telles que nous sommes.  Il est Vivant !  Sa proximité et sa Parole nous font vivre et nous redonnent courage.   Qu’à travers cette expérience nous puissions dire comme les disciples d’Emmaüs : notre cœur n’était-il pas brûlant, quand il nous parlait …  Comme eux, laissons retentir en nous son appel à vivre de sa Vie, à témoigner de sa Présence, en toute circonstance.   

 

                                Joie, paix et sérénité dans le Christ Ressuscité.

 

                                        De tout cœur avec vous

                                          Sœur Josette Bijloos 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© La Providence de Ruillé sur Loir